Bertrand n'a pas été long à répondre à Ségolène, pour s'aligner sur ses aneries. Lui aussi y est allé de son petit couplet sur les dirigeants de Total qui se goinfrent. Pendant ce temps là, le patron de Total va négocier à Bercy le montant de la "participation citoyenne" de Total.

Comme je l'expliquais hier, les politiques n'ont pas le choix. Le débat a été posé d'une certaine manière, avec l'équation "Total fait des superprofits sur le dos des automobilistes". On sait que c'est inexact, mais le coup est parti et les politiques n'ont plus le choix, ils doivent suivre. Si jamais ils tentaient d'aller à contre-courant du "bons sens populaire", en expliquant que ce n'est pas si simple, ils seraient tout simplement inaudibles. Pire, ils seraient accusés d'être coupés des réalités, de ne pas vouloir aider les gens, bref de ne pas faire leur boulot ! Il faudrait une sacré dose de courage (ou d'inconscience) politique que nos politiques actuels n'ont pas !