Valérie Treiweiler vient de commettre une énorme faute politique. Un merveilleux cadeau pour l'opposition, des ennuis à répétition pour François Hollande, avec un processus de réaction en chaîne, car on voir mal Ségolène rester les bras ballants avec un truc pareil, alors qu'elle lutte pour sa survie politique. Et le tout au pire moment, entre les deux tours des législatives...

Il est évident que Valérie règle ses comptes privés avec Ségolène. La nouvelle femme qui flingue l'ex, un grand classique. Que Ségolène Royal et Valérie Trierweiler s'expliquent vigoureusement, voire en viennent physiquement aux mains dans un cadre purement privé, c'est leur affaire. Mais que la vie privée du président et de sa famille aient des répercussions politiques, c'est autre chose. Cela révèle au grand jour ce que certains savaient, c'est que la situation "familiale" et notamment conjugale de François Hollande est compliquée. Visiblement, il aime les harpies dominatrices. Chacun ses goûts et le SM, entre adultes consentants, n'est pas illégal. On voit ici, indirectement, la psychologie profonde de François Hollande, et on se demande s'il est vraiment taillé dans l'étoffe dont on fait les grands présidents (trop tard de toute façon...). Et en plus, il semble incapable d'empêcher les deux femmes de sa vie de se crêper le chignon en public. Si en tant que président de la République, il n'a pas l'autorité pour empêcher sa compagne de sortir des trucs pareils en plein entre-deux-tours d'une élection cruciale, c'est grave et inquiétant pour la suite. A chaque visite officielle, on pourrait courir le risque de voir Valérie Trierweiler envoyer son verre à la figure de la femme d'un chef d'Etat étranger, ou quitter brusquement une manifestation officielle en claquant la porte...

Deuxième problème majeur : la "première dame" fait de la politique. Et elle n'a pas attendu longtemps ! Pourtant, l'histoire très récente comme très ancienne montre bien qu'il n'est jamais bon que la femme du chef, que ce soit la légitime ou la favorite, exerce une quelconque influence sur la conduite des affaires du pays. Valérie Trierweiler vient d'envoyer un message que même Cécilia Sarkzoy n'aurait pas osé envoyer. Après ça, on va lui prêter une influence décisive, voir sa patte dans des nominations, des renvois, des choix politiques. Elle aura beau démentir, le mal est fait, elle a ouvert la boite de Pandore. Pour François Hollande, c'est une épine dans le pied pendant 5 ans. Comme si l'exemple de son prédécesseur n'avait pas suffi...

Très immédiatement, François Hollande est devant un énorme problème. Il va devoir, publiquement, remettre de l'ordre dans sa vie privée. Ce n'est jamais agréable, mais quand en plus c'est dans l'urgence, quand tout part en vrille entre les deux tours d'une élection, c'est horrible. En plus, trancher entre les deux femmes est quelque chose devant lequel il a sans doute toujours reculé et fuit (comme tout homme normalement constitué). Il va également devoir gérer la fureur du fan-club de Ségolène. Et si par malheur pour Hollande, Ségolène est élue députée et dans la foulée présidente de l'Assemblée nationale, ça va être l'horreur s'il n'a pas purgé le problème. Déjà qu'elle est ingérable en temps normal, si en plus elle a un compte très personnel à régler, Ségolène Royal va être infecte.

Madame Trierweiler, au nom de toute l'opposition, merci de tout coeur !