Le Vatican est au coeur d'un tempête, à la suite de révélations sur son fonctionnement. Un livre vient d'être publié, en italien, sur les "dossiers secrets" de Benoit XVI. Il s'agit d'un livre de journaliste, donc écrit pour être un best-seller, avec des "révélations", mais très bien documentés.

On y apprend en gros que c'est le bazar au Vatican, que Benoit XVI est complètement largué, qu'il existe des luttes de pouvoir féroces, et qu'un cardinal semble être particulièrement visé. Le majordome du pape, un très proche a été arrêté, le banquier du Vatican a été viré brutalement. On apprend que l'an dernier, un autre cardinal, qui avait remis de l'ordre dans les finances, supprimant au passage pas mal de détournements de fonds, a été "muté" car il avait dérangé trop de magouilles. Je vous passe les histoires de scandales sexuels et les dessous de la réconciliation avec les intégristes. Bref, nous sommes dans une institution de pouvoir "normale", où une bureaucratie a produit toutes les dérives habituelles, c'est à dire qu'elle a favorisé sa survie et les intérêts de ceux qui la dirigeaient.

Le souci, c'est que cette bureaucratie se présente comme étant au service de Dieu et du message de l'Evangile. Là je tousse. Je serais curieux de connaitre le nombre de personnes de ces hautes sphères du Vatican qui travaillent réellement sur l'évangélisation. Je voudrais bien savoir aussi en quoi un Etat et une telle bureaucratie sont utiles à l'oeuvre religieuse ? La Croix élude soigneusement cet aspect, qui est pourtant criant. On a vraiment envie de se demander : "et Dieu dans tout ça ?". Il est absent...

Si le Christ revenait aujourd'hui et arrivait au Vatican, comment réagirait-il ? Il mettrait sans doute tout le monde dehors, comme il l'a fait pour les marchands du Temple, qui n'étaient qu'une couche parasite de la religion, comme l'est toute cette bureaucratie vaticane. L'exemple du protestantisme montre qu'on peut très bien se passer de ça pour vivre une foi chrétienne, et qu'on s'en porte même beaucoup mieux.