J'assistais hier soir au lancement de Tweest, à la Cantine. La soirée était sympa, j'ai vu plein de gens que je ne connaissais que par internet et que j'ai été heureux de rencontrer en vrai. J'ai bien mangé et bien bu, bien discuté. Bref, excellente soirée. J'ai pu également me rendre compte que les geeks sont nuls en politique. Les comptes rendus que certains en ont fait renforcent encore davantage cette impression.

Hier soir, les geeks ont eu la présence d'un membre en exercice du gouvernement, pour un évènement finalement pas si important et extraordinaire. Je me demande s'ils savent la chance qu'ils avaient. Je connais nombre d'organismes qui se damneraient pour que leur ministre ou sous-ministre soit aussi présent auprès d'eux. Le terme "agenda de ministre" est utilisé pour parler d'un agenda surchargé. C'est une réalité. La présence de NKM, hier soir à la Cantine, c'est une fleur faite au Post, à la netscouade, à la Cantine et plus globalement aux geeks. Et comment ont-ils pris cela ? Ils ont attaqué la ministre frontalement sur un texte de loi contenant quelques éléments qui leur déplaisent. Le débat qui aurait du porter sur twitter n'a porté que sur la LOPPSI, et a été assez violent. C'est un gaspillage éhonté de "temps de ministre". Ces échanges n'ont servi strictement à rien. Personne n'a changé sa position d'un iota. De toute manière, ce n'est pas en l'agressant que l'on change la position de quelqu'un. NKM a bien tenté d'apporter quelques éléments techniques à même de rassurer les geeks, mais cela n'a servi à rien. Ils n'écoutaient pas, car ce n'était pas cela qu'ils avaient envie d'entendre. Ce qu'ils voulaient, c'est que NKM déclare publiquement son opposition à la LOPPSI. Là, on est dans la naïveté la plus totale.

NKM est une femme politique très intelligente, mais aussi très ambitieuse. Son centre d'intérêt premier, c'est l'écologie, parce que professionnellement, c'est son domaine et parce qu'elle sait que c'est un créneau porteur. A cause de sa mésentente avec son ministre de tutelle, elle s'est retrouvée à la prospective et à l'économie numérique, ce qui n'était sans doute pas un choix de sa part. Comme elle est intelligente, elle a vu qu'elle n'avait pas tiré un si mauvais lot que ça. Certes, elle n'a pas d'administration et de moyens budgétaires, mais elle peut faire de la comm', le secteur est plein d'avenir (pas de déclin à gérer) et génère une image positive. Elle s'y est donc mis, et comme elle est bosseuse, elle a réussi à séduire les geeks en leur parlant leur langue, en s'immergeant dans leur monde, au point d'en arriver à être considéré par certains comme "l'une des leurs".

L'économie numérique, c'est une étape de la carrière de NKM. Comme les hauts fonctionnaires, elle a fait sa "mobilité", mais pour elle, il est temps maintenant de réintégrer son corps d'origine. Elle a appris plein de choses à ce ministère, qui ne seront pas perdus pour la suite de la carrière. Elle bloguera et twittera toujours, elle gardera le réseau qu'elle s'est constitué. Mais elle commence sans doute à tourner un peu en rond et a atteint les limites de ce que les faibles moyens humains et financiers de son ministère lui permettent de faire. Il se dit d'ailleurs avec insistance dans les milieux politiques qu'elle postule clairement pour monter en grade lors du remaniement de mars prochain, après les régionales.

Dans ces conditions là, vous pensez bien qu'entre déplaire aux geeks ou déplaire à Sarkozy, son choix est très vite fait ! Hier soir, elle a tenté d'être gentille au début, d'expliquer. Mais rapidement, elle a été poussée dans ses retranchements et sommée de se prononcer clairement. Elle l'a fait, dans le sens de ses intérêts. Comment voulez vous qu'un ministre en exercice aille contre un texte adopté en conseil des ministres, et sur lequel le président de la république vient encore de rappeler, quelques jours avant, son attachement fort. Elle ne pouvait pas répondre autre chose que ce qu'elle a répondu. Dans ces conditions là, l'amener sur ce terrain est d'une idiotie rare. Quand on sait qu'on obtiendra une réponse négative, on évite de poser la question. Rester dans le non-dit était encore la meilleure solution pour tout le monde. Cela aurait évité un psychodrame et une perte pour tout le monde. Perte pour NKM, car son image est peut être un peu écornée chez certains geeks, ruinant un beau travail d'approche et d'apprivoisement. C'est dommage, mais ce n'est pas grave, les geeks "libertaires du net" sont ultra-minoritaires et le bruit qu'ils font reste largement confiné à leur milieu. La perte, elle est aussi et surtout pour les geeks eux mêmes, qui par bêtise, ont tapé sur un de leurs alliés potentiels. NKM sera sans doute moins tenté de s'investir à leurs cotés, surtout si c'est pour être récompensée de cette manière.

Le titre d'un des comptes rendus était : le soir où NKM a perdu les geeks. C'est aussi le soir où les geeks ont perdu NKM. Qui a fait la plus grosse perte ? Sans aucun doute les geeks.