Le document que j'attendais pour mesurer réellement ce que pourra faire Patrick Devedjian vient de paraitre au JO. Il s'agit du décret d'attribution, qui fixe les limites de ses compétences, et surtout de ses pouvoirs sur les administrations. En effet, si on ne dispose pas de services administratifs, on est rien !

Les compétences sont assez précisément décrites et correspondent aux champs du plan de relance. Pas trop de surprises de ce coté là. Par contre, c'est dans la suite que se situe l'innovation. L'article 2 donne "autorité" à Patrick Devedjian, dans le cadre de sa mission, sur pas mal de grosses directions administratives, et notamment de Bercy. Mais ne précise l'articulation avec les ministres de tutelle de ces directions et surtout, n'attribue pas de services spécifiquement à Partick Devedjian. Il a autorité, mais il ne "dispose" de rien. D'ailleurs, les locaux qui lui ont été attribués à l'hôtel de Cassini, et dont il a pris possession de manière "sportive" ne comptent qu'une dizaine de bureaux. Que va-t-il arriver à faire avec un staff réduit ?

Il va donc falloir qu'il fasse son trou et qu'il ait les moyens d'exercer concrètement l'autorité qui lui est donnée par ce décret. Encore une belle pagaille en perspective.